Demand Assessment in Mauritanie (French)

Submitted by amos.menard@cesag.sn on Mon, 04/25/2016 - 16:37
Image
6

L’étude procéde à une analyse de la demande explicite et/ou naissante en Suivi et évaluation (S&E) axés sur les résultats et en Gestion de la Performance (GP) en Mauritanie ; notamment en ce qui concerne : (1) la conduite de la fonction d'évaluation, la réalisation de formations et l’offre d'assistance technique, (2) l’environnement favorable à la demande et à la conduite de la fonction du S&E. En outre, elle identifie les leaders et acteurs du S&E et de la GP, les institutions existantes contribuant au développement pérenne de capacités en S&E ; évalue leurs besoins spécifiques et détermine les moyens de les soutenir dans une optique de promotion d’une culture de l'évaluation dans le pays.

L'étude inclut une analyse des variables les plus significatives de la situation de la demande et statue sur les points attachés suivant : (i) Le contexte institutionnel qui sous-tend la demande, (ii) les réformes en cours ou prévues avec des implications ou des incidences sur le système national de S&E et la GP, (iii) la mise en œuvre du S&E par le gouvernement et la société civile, (iv) la responsabilisation et l'utilisation des résultats d’évaluation. Les principaux intervenants clés sont le gouvernement, la société civile, les universitaires, les partenaires techniques et financiers intervenant dans le pays, les citoyens.

Pdf as plain
ETUDE DE LA DEMANDE EN SUIVI –
EVALUATION
EN MAURITANIE
Mr. Abdel Aziz OULD DAHI
Consultant en Suivi - Evaluation
Août 2012
1
Sommaire
Table des matières
1. INTRODUCTION..........................................................................................................5
1.1. OBJECTIFS DE L’ETUDE ............................................................................................6
1.2. APPROCHE ET METHODOLOGIE..................................................................................7
1.3. Questions évaluatives
2. L’ENVIRONNEMENT ACTUEL DU S&E ........................................................................... 8
2.1. UTILISATIONS ATTENDUS D'UN SYSTEME DE S & E...................................................... 9
2.2. ENGAGEMENT AU NIVEAU POLITIQUE ......................................................................................9
2.3. « DEFENSEURS » DU S & E DANS LE PAYS ..........................................................................11
2.4. Capacité actuelle en S & E.................................................................................................. 13
2.5. LES ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS POUR APPUYER LE S & E...........................................18
2.6. LES ATTENTES POUR L'AVENIR.............................................................................................21
2.7. LACUNES EN CAPACITES .....................................................................................................23
2.8. ROLE / POINT D'ENTREE POSSIBLE POUR LE CESAG.............................................................27
2.9. ROLE DES DONATEURS DANS LE S & E.................................................................................27
2.10. AUTRES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES IMPLIQUEES DANS LE S & E ....................28
2.11. AUTRES SOURCES D'INFORMATION ET DE RENSEIGNEMENT SUR LE S & E POSSIBLES...............29
3. CONCLUSIONS ...................................................................................................... 31
3.1. PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DU S & E...................................................................32
3.2. DEMANDE POTENTIELLE DES SERVICES DU CESAG EN S&E....................................................37
3.3. PRINCIPAUX CONTACTS DANS LE PAYS POUR LES FUTURES OFFRES DE SERVICES EN S & E .....37
3.4. RECOMMANDATIONS...........................................................................................................38
Annexe 1 : Liste des personnes interviewées par secteur ......................................... 41
Annexe 2 : Liste des documents consultés............................................................... 43
Annexe 3 : Guide d’entretien ................................................................................. 45
Annexe 4 : Extraits de la Constitution de la République Islamique de Mauritanie...... 51
Annexe 5 : Extraits du décret N° 082-2012 du 17 Mai 2012 fixant les attributions du
Ministre des Affaires économiques et Du Développement et l’organisation de
l’administration centrale de son Département ........................................................ 53
Liste des illustrations
Tableaux
Tableau n°1 : Capacités actuelles du S E en Mauritanie 17
Tableau 2 : Liste des structures de S&E au niveau des institutions 19
Tableau n°3 : Budget alloué aux structures de S&E au niveau des départements 26
Tableau n° 4 : Liste des ONGs impliquées dans le S&E 29
Tableau n° 5 : Principales recommandations 38
Schémas
Schéma n°1 : Dispositif institutionnel de formulation, de mise en œuvre et de
S&E du CSLP
119
Schéma n°2 : Comparaison de la contribution des ministères dépensiers au
plan d’action du CSLP 3
40
3
Liste des acronymes
AECID Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement
AMSE Association mauritanienne de Suivi Evaluation
ANESP Agence Nationale d’études et de suivi des projets
BCI Budget Consolidé d’Investissement
BM Banque Mondiale
CDMT Cadre de Dépenses à Moyen Terme
CESAG Centre Africain d’Etudes Supérieures en Gestion
CLEAR Centre régional de formation en suivi évaluation des résultats
CMAP Centre Mauritanien d’analyse des politiques
CSLP Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté
CTS Comité Technique Sectoriel
EPCV Enquête Permanente sur les Conditions de Vie des Ménages
GAR Gestion Axée sur les Résultats
GIZ Gesellschaftfür Internationale Zusammenarbeit- Coopération allemande
GTT Groupe Technique Thématique
ISEP Institut supérieur d’enseignement professionnel
MAED : Ministère des Affaires Economiques et du Développement
MICS Enquête par grappes à indicateurs multiples (Multiple Indicator Cluster Survey)
MF Ministère des Finances
MFPMA Ministère de la Fonction publique et de la Modernisation de l’Administration
MP Mauritanie Perspectives
OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement
ONS Office Nationale de la Statistique
PIP Programme d’Investissement Public
PNBG Programme National de Bonne Gouvernance
PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement
PRCSP Projet de Renforcement des Capacités du Secteur Public
S&E Suivi – Evaluation
UE Union Européenne
5
1. Introduction
Le CESAG a été retenu par la Banque Mondiale pour abriter un centre régional de
renforcement des capacités en suivi évaluation des pays africains de l’espace francophone.
Dans le souci d’offrir des services reflétant les besoins régionaux, l’Institution a initié une
étude pour analyser la demande en suivi évaluation afin d’y répondre par une offre
pertinente et ciblée de services et gestion de la performance. Trois pays font l’objet de
l’étude, dans un premier temps. Il s’agit du Bénin, de la Mauritanie et du Sénégal.
La présente étude porte sur l’analyse de la demande en suivi évaluation en Mauritanie. La
Mauritanie est située en Afrique de l’ouest au bord de l’océan atlantique. Sa Capitale est
Nouakchott. Elle a une superficie de 1 030 700 km² et une population de: 3 086 859. Sa
monnaie est l’: ouguiya (MRO)
Vivant sur superficie désertique à près de 90% la population mauritanienne se caractérise
par un pourcentage élevé de jeunes (les moins de 18 ans représentent 40% de la population)
et de femmes représentant 52%.
La Mauritanie est l’un des pays les plus pauvres au monde. Elle se classe au 153ème rang des
177 pays évalués par l’Indice de développement humain publié en 2006 par le Programme
des Nations Unies pour le développement (PNUD). L’espérance de vie à la naissance se situe
à 40 ans. Près de la moitié de la population n’a pas accès à l’eau potable et est analphabète.
Environ un tiers des enfants de moins de cinq ans souffre d’insuffisance pondérale.
La part de la population vivant avec moins de deux dollars par jour est passée de 51% en
2000 à 47% en 2010. Malgré ce recul, des évaluations montrent que la pauvreté est
désormais perçue de façon plus négative. Il existe un écart important entre les villes et les
zones rurales. Plus de 61% des ruraux gagnent moins d’un dollar par jour, contre environ
25% pour les habitants de la ville.
L’étude a été menée dans un contexte caractérisé par un climat de stabilité consécutive à
une période relativement longue d’instabilité politique et institutionnelle. Les élections de
juillet 2009 ont ainsi consacré le retour de la Mauritanie à l’ordre constitutionnel et conduit
à la normalisation de la situation politique. Le pays reste toutefois confronté, à l’instar des
pays de la sous-région, à des défis majeurs liés à l’insécurité dans la bande sahélo-sahélienne
(menaces terroristes, immigration clandestine, trafic de drogue).
Sur le plan économique, et avec la normalisation de la situation politique, tous les
partenaires ont repris leur coopération avec la Mauritanie. En mars 2010, le pays a conclu
avec le FMI, un programme de réformes triennal (2010-2012), au titre de la Facilité élargie
de crédit (FEC). Ce programme est accompagné d’un financement de 118 millions de dollars
US. Cette étude coïncide avec le début de la mise en œuvre de la troisième phase du Cadre
stratégique de lutte contre la pauvreté CSLP qui fait du suivi évaluation son cinquième axe
d’intervention et l’adoption d’une stratégie nationale de lutte contre la corruption. A deux
ans de l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement prévue en 2015, elle
porte en germe les outils d’instrumentalisation du discours politique dominant sur la lutte
contre la gabegie et la rationalisation de l’utilisation des moyens de l’Etat.
Le CSLP constitue le cadre d’orientation des politiques publiques de développement et
assure la mise en cohérence de ces différentes politiques aux fins d’atteindre les objectifs de
réduction de la pauvreté et d’amélioration des conditions de vie des populations. C’est l’outil
de concertation avec les partenaires au développement permettant d’obtenir leur adhésion
aux objectifs de développement définis par les pouvoirs publics et assortis d’indicateurs de
performance et d’impact.
Le CSLP, qui prend en compte les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)
repose sur cinq axes stratégiques : (i) accélérer la croissance économique; (ii) ancrer la
croissance dans la sphère économique des pauvres ; (iii) assurer le développement des
ressources humaines et l’expansion des services de base et ; (iv) améliorer la gouvernance et
renforcer les capacités. Un cinquième axe, le renforcement du pilotage, du suivi, de
l’évaluation et de la coordination, traduit l’attention spécifique accordée à la mise en œuvre
effective et efficace du CSLP. Il vise la mise en place d’un dispositif institutionnel optimisé, le
renforcement de la coordination, de l’alignement et de l’harmonisation et
l’opérationnalisation du suivi-évaluation du CSLP III.
Notons que pour l’essentiel, le système de suivi-évaluation s’est limité dans le passé au
processus de préparation du rapport annuel de mise en œuvre (RMO). Malgré tout, les deux
premiers plans d’actions du CSLP ont fait l’objet d’un suivi - évaluation de type participatif,
d’abord au sein des Groupes Techniques Thématiques (GTT), ensuite au niveau des
différents comités de concertation (Etat – société civile – secteur privé, Etat – donateurs) et
enfin, lors des travaux des ateliers interrégionaux et des assises nationales de concertation
sur la mise en œuvre du CSLP. Ce processus a permis la production régulière de rapports
annuels de suivi de la pauvreté et de mise en œuvre du plan d’actions.
Ces évolutions positives (normalisation de la situation politique, rétablissement de la
coopération avec tous les partenaires au développement, conclusion d’un nouveau
programme avec le FMI, CSLP 3) conjuguées à la reprise de la demande mondiale adressée à
la Mauritanie créent une nouvelle dynamique de relance économique qui place le suivi
évaluation au cœur de cette dynamique. Toutefois, son institutionnalisation et son
opérationnalisation tardent à voir le jour et nous allons tenter dans ce document d’en
déterminer les principales causes.
7
L’étude s’est déroulée pendant la période du 15 juin 2012 au 20 juillet 2012. Conduite par
un consultant national. elle précise son cadre d’intervention(i), présente les résultats de
l’analyse (ii), et formule recommandations d’actions (iii).
1.1. Objectif de l’étude
L’objectif de l’étude est triple. Il s’agit de :
 Analyser l’environnement pour l’institutionnalisation de la gestion axée sur les
résultats:
 Evaluer les systèmes de Suivi et Evaluation existants:
 Evaluer les besoins de formation et d’assistance technique nécessaires pour
améliorer le système de suivi-évaluation au niveau national et sectoriel.
En termes de Résultats
Le principal élément livrable sera un rapport d’étude présentant des commentaires d’une
part sur les points forts et les lacunes du système de suivi-évaluation au niveau national et
sectoriel, et d’autre part sur les besoins nécessaires pour résorber ces lacunes. Il s’agira de
produire une description du système de suivi-évaluation en mettant en exergue ses forces et
ses faiblesses, de rendre disponible une liste par cible des besoins de formation, d’appuiconseil
et de plaidoyer, de mettre à disposition les outils et les méthodes utilisées de l’offre
de services en suivi-évaluation et gestion axée sur les résultats.
1.2 Approche et Méthodologie
L’étude a été conduite selon une méthodologie combinant une revue documentaire et des
entretiens à l’aide d’un guide d’entretien fourni par le CESAG, auprès des principaux acteurs
concernés par le suivi évaluation dont des responsables de certaines administrations, des
partenaires techniques et financiers, des représentants de la société civile et du secteur
privé.
1.3 Questions évaluatives
L’attention accordée au Suivi et à l’évaluation traduit la reconnaissance de l’importance de
l’atteinte de résultats dans le cadre de l’exécution des projets et programmes. Elle s’appuie
sur l’idée qu’au delà des activités, il importe de s’interroger sur les effets et les impacts des
interventions sur les principaux bénéficiaires de celles-ci. La Gestion axée sur les résultats
porte cette interrogation en tant qu’outil de planification stratégique et de gestion ; outil de
planification stratégique qui permet dans une démarche préalable d’identifier les résultats
sur le long terme, les résultats sur le moyen terme et les résultats sur le court terme ; outil
de gestion qui assure au cours de la mise en œuvre, le suivi des progrès réalisés vers
l’atteinte des résultats
Le suivi est l’accompagnement continu des actions d’un programme ou d’un projet, pour
apprécier le niveau d’atteinte des résultats escomptés, leur conformité aux stratégies
adoptées, et proposer les mesures utiles pour l’atteinte de ces résultats. .
L’évaluation est une action ponctuelle qui doit être menée, annuellement le plus souvent,
soit à mi-parcours et à la fin de la mise en œuvre du programme. Elle est une appréciation
systématique et objective d’un projet, d’un programme ou d’une politique, de sa conception,
de sa mise en œuvre et de ses résultats. Le but est de déterminer la pertinence et l’efficacité
(degré d’accomplissement des objectifs), l’efficience en matière de gestion, l’impact et la
durabilité (définition de l’OCDE). Elle se nourrit du suivi qui aide à collecter et traiter les
données utiles à sa conduite.
Sous ce rapport, l’analyse des informations recueillies et des points de vue des informateurs
clés rencontrés, portera sur l’identification des forces et des faiblesses du suivi et de
l’évaluation, à partir d’un examen de l’environnement actuel et l’état du suivi et de
l’évaluation.
Il s’agira à un premier niveau de questionnement de s’interroger sur :
- l’appropriation de la culture des résultats et la gestion sous l’angle de la
performance en Mauritanie
- Les capacités actuelles de suivi et évaluation dans le pays
A un second niveau, il s’agira d’identifier la demande en suivi et/ou évaluation selon les
institutions et les acteurs ainsi que les actions ciblées à entreprendre
9
2. L’environnement actuel du Suivi – Evaluation
L’environnement du Suivi-Evaluation peut être examiné sous l’angle politique, juridique et
institutionnel
2.1 Contexte politique
Le besoin en suivi évaluation a été principalement impulsé par les bailleurs de fonds et
partenaires de la Mauritanie, depuis les premiers programmes d’ajustement structurel, dans
les années 80. Cette exigence s’est maintenue depuis lors pour justifier auprès des
contribuables des pays donateurs les fonds mis à disposition de l’aide publique au
développement et garantir son efficacité.
L’appropriation de ce besoin s’est exprimée à travers une demande nationale dont la
formulation la plus avancée est apparue dans la Déclaration d’orientation de la Bonne
Gouvernance adoptée dans les années 90 et s’est traduite par la suite dans différentes
initiatives de réformes du secteur public qui, à des degrés divers, encouragent la mise en
place de systèmes de suivi-évaluation dont les plus marquantes ont été le PNBG, Le PNRC, le
PRCSP, l’informatisation de l’administration publique, la réforme des finances publiques, la
stratégie nationale de lutte contre la corruption, la réforme des marchés publics qui a vu la
promulgation et adoption d’un nouveau code des marchés publics, la poursuite de la
déconcentration des fonctions d’ordonnateurs, de contrôleurs financiers et de comptables
au niveau de toutes les entités centrales et régionales (Ministère des Finances), la circulaire
du Ministre des Finances, en 2010, visant à encourager le passage d’un budget de moyens
vers un budget de résultats ainsi que dans le cadre de l’exécution de projets sur
financements extérieurs.
Le discours politique actuel accorde la priorité à la lutte contre la gabegie et la
rationalisation des moyens de l’Etat. Ce discours vient relayer les engagements pris en
2007(Groupe consultatif de Bruxelles) et 2009 (Réunion de Bruxelles) d’accorder la priorité
au S&E.
Cet engagement apparait de manière claire dans la décision portant sur l’introduction de la
dimension SE dans le CSLP III, comme cinquième axe de cette stratégie. A cela il faut ajouter
que la quasi-totalité des projets de l’Etat sur financement extérieur ont une dimension GAR
à travers des cellules chargées du S&E. Cette dimension est du reste très souvent une
demande des bailleurs.
Mais cet engagement reste pour l’instant au niveau institutionnel et se matérialise très peu
au niveau opérationnel, notamment en termes de formation, ou de développement des
données.
2.2 Contexte juridique
L’engagement pour le suivi et l’évaluation s’appuie sur un arsenal juridique au titre
desquels :
 La Constitution, en ses articles 42, 68, 72, 73 et 74 oblige le Gouvernement à rendre
compte au Parlement sur la mise en œuvre de la politique et les moyens engagés à
cet effet (annexe 4).
 Le Parlement exerce un contrôle sur l’exécution du budget de l’Etat et des budgets
annexes sur la base d’un état des dépenses qui lui est fourni semestriellement. Le
Premier Ministre, solidairement avec les ministres rend compte au Parlement de
l’exécution de son programme pour une année écoulée et présente les grandes lignes
de son programme pour l’année qui suit.
 Les ministères des Finances et des Affaires Economiques et du Développement, en
vertu des décrets qui les régissent, sont tenus annuellement de faire un rapport au
Gouvernement sur l’exécution du budget et des programmes. Notons enfin la loi
d’orientation du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté, devenu depuis
l’année 2000 le cadre de référence des politiques de développement.
 Le respect des engagements du Gouvernement vis-à-vis de ses partenaires : les
conventions de financement « obligent » le gouvernement à respecter un certain
nombre de principes, tels que la transparence et la reddition des comptes, principes
qui s’appuient sur le suivi-évaluation des projets sur financement extérieurs.
2.3 Contexte institutionnel
Le suivi évaluation s’inscrit dans un cadre global qui est l’organigramme général de l’Etat.
L’organigramme général de l’Etat repose sur la distinction entre le pouvoir exécutif, le
pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. Le pouvoir législatif exerce une fonction de contrôle
de l’activité de l’Etat. Le pouvoir judiciaire dit le droit.
Le pouvoir exécutif comprend la Présidence de la République, la plus haute institution de
l'Etat, le Premier ministère qui définit, sous l'autorité du Président de la République, la
politique du Gouvernement et les ministères qui sont chargés, par délégation, de la gestion
des services publics placés sous leur autorité.
Par rapport à cet organigramme, les arrangements institutionnels pour appuyer le S&E
apparaissent au niveau de la Présidence, des départements ministériels et dans le cadre de
projets rattachés à des ministères.
La Présidence assure la tutelle de l’Agence Nationale d’exécution et de suivi des projets dont
la mission
Chaque ministère dispose d’une direction chargée de la programmation. A souligner ca du
Département des Affaires économiques et du Développement qui coordonne l’élaboration
et la mise en œuvre du CSLP dont une des dimensions est précisément le SE et qui assure
à l’échelle ministérielle la coordination des actions de suivi évaluation des ministères. La
Direction du Suivi Evaluation du CSLP assure le secrétariat de CSLP. Elle s’appuie pour ce
11
faire sur un dispositif institutionnel de formulation, de mise en œuvre de suivi et
d’évaluation du CSLP, explicité dans le décret n° 103-2007 du 12 avril 2007 (voir schéma).
- Schéma 1 : Dispositif institutionnel de formulation, de mise en œuvre et de S&E du
CSLP
Par ailleurs, au niveau de la quasi-totalité des départements ministériels, il y’a des entités ou
cellules avec une mission plus ou moins principale en SE (Voir tableau suivant).
Tableau n°2 : Liste des structures de S&E au niveau des Institutions
Institutions Organes Mission
Secteur Public
Présidence de la
République
Agence nationale d’études et
de suivi des projets
améliorer de manière efficiente et efficace
l'intervention des projets et programmes de
Développement
Ministre des Affaires
Islamiques, de
l’Enseignement Originel et
de l’alphabétisation
Direction de la programmation,
des statistiques et de
coopération
- Réalisation des études économiques et
financières et enquêtes statistiques relatives
aux projets du département;
- Contribution à la conception des projets à
réaliser et suivi de leur exécution
Ministre des Affaires
Sociales,de l’Enfance et de
la Famille
Direction des Etudes, de la
Coopération et du Suivi
- assurer le suivi-évaluation de l'exécution des
programmes et projets du ministère ;
- mettre en place une banque de données en
matière d’action sociale, sur la situation des
groupes vulnérables et la famille et la
production des indicateurs de suivi-évaluation ;
- développer des méthodologies et des outils
de planification et d’évaluation des projets.
Comité Interministériel de Lutte Contre la Pauvreté
Comité Technique de Lutte
contre la Pauvreté
Groupes Techniques
Thématiques (5 GTT)
Comités Techniques Sectoriels
(1 CTS/Ministère)
Comité de Suivi des Dépenses
Comité des Donateurs Comité de concertation
Etat-SC-SP
Ministère du Commerce,
de l’Artisanat et du
Tourisme
La Direction des Etudes et de la
Coopération
Concevoir et élaborer des programmes de
formation en concertation avec les structures
concernées ;
Collecter, éditer et diffuser les statistiques
dans les secteurs du Commerce, des
Assurances, de l’artisanat et du tourisme, en
concertation avec les administrations
concernées.
Ministre Délégué auprès
du Premier Ministre
Chargé de
l’Environnement et du
Développement Durable
Direction de la Programmation,
de la Coordination et de
l’Information Environnementale
Collecter, produire, exploiter et
diffuser l’information environnementale
Concevoir et mettre en œuvre un mécanisme de
suivi évaluation des différentes planifications
environnementales.
Ministère de la Défense
nationale
Direction des Etudes et de la
planification
Etudes de la planification et du suivi des
dossiers spécifiques intéressant la défense
nationale
Ministère des Finances Direction générale du Budget –
Direction de la Programmation
Conduire les études relatives à la conception et
à l’élaboration des documents budgétaires ;
Evaluer les coûts et bénéfices économiques et
sociaux des projets d’investissement public ;
Elaborer le rapport annuel sur l’exécution du
programme d’investissement public ;
Veiller à l’exécution du budget conformément
à la loi de finances ;
Elaborer des projets de lois de finances
annuelles et la participation à l’élaboration du
CDMT et du PIP notamment à travers la
détermination des enveloppes budgétaires
prévues au titre du CDMT.
Ministre de l’Hydraulique
et de l’Assainissement
Direction de la Planification, du
Suivi et de la Coopération
Réaliser les études sectorielles en termes
d’évaluation et de prévision et proposer des
programmes d’infrastructure liés à la
couverture et à la disponibilité des services de
base ;
Evaluer périodiquement l’impact des projets
du secteur en développant les outils et
méthodes nécessaires à la réalisation des
activités de suivi et évaluation ;
Ministre de l’Habitat, de
l’Urbanisme et de
l’Aménagement du
Territoire
Direction des Etudes, de la
Programmation et de la
Coopération
Elaboration et suivi de l’exécution des plans
d’actions et programmes d’activités du
Département ;
Suivi de la mise en œuvre de la politique du
Gouvernement dans les domaines d’activités
du Département, en concertation avec les
structures concernées ;
Ministre de la Fonction
Publique et de la
Modernisation de
l’Administration
Direction des Etudes, de la
Programmation et des
Statistiques
Programmation des investissements et suivi du
plan d’action du département, conformément
au CSLP et au CDMT ;
Développement des statistiques et conduite
d’enquêtes en matière de fonction publique,
du travail, de la migration des travailleurs et de
la sécurité sociale et de lutte contre la
13
corruption.
Ministère de l’Intérieur et
de la Décentralisation
Direction de la Coopération, des
Etudes et de la Programmation
Programmation, mise en œuvre, le suivi et
évaluation de la politique et des actions de
l’ensemble des structures du Ministère ;
Ministère de la Culture,
de la Jeunesse et des
Sports
Direction des Etudes, de la
Programmation et de la
Coopération
Concevoir, suivre et exécuter la politique du
département en matière de coopération
internationale ;
Centraliser les données relatives à l’ensemble
des programmes de coopération avec les
différents partenaires au développement ;
Contribuer à l’élaboration des projets et à leur
inscription dans le plan d’action du
Département ;
Elaborer les bilans d’exécution des projets et
activités inscrits au programme d’action ;
Ministre du
Développement Rural
Direction des Politiques, de la
Coopération et du Suivi
Evaluation
Identification et préparation des programmes
et projets de développement de l’Agriculture
et de l’Elevage et du suivi et de l’évaluation de
leurs résultats techniques, économiques et
financiers.
Développement des outils de
programmation et centralisation et synthèse
des informations sur le secteur de l’Agriculture
et de l’Elevage et développement du système
d’information.
Ministère d’Etat à
l’Education Nationale
Direction des Stratégies, de la
Planification et de la
Coopération (DSPC)
Réaliser et mettre à jour les études
diagnostiques du Secteur ;
Contribuer à l’analyse des résultats du système
éducatif ;
Réaliser les études économiques et financières
relatives à l’éducation nationale ;
Elaborer et suivre la mise en œuvre de la carte
scolaire prospective ;
Produire, centraliser, analyser et diffuser les
statistiques du ministère ;
Concevoir et gérer le système d’information ;
A ces structures s’ajoutent les structures de projets rattachés aux départements sectoriels
3. Etat actuel du suivi évaluation
Les acteurs potentiels du S&E sont l’Etat à travers l’exécutif, le Parlement, le secteur privé et
les autres acteurs de la société civile et les PTF et bailleurs de fonds qui en font une
préoccupation essentielle. La capacité en S&E de ces acteurs, s’apprécie différemment.
La capacité actuelle en SE au niveau du secteur public est logée au MAED. Le MAED
coordonne le pilotage du CSLP et les rapports d’étape des OMD avec l’appui du PNUD. Ce
département est responsable du suivi de la stratégie de réduction de la pauvreté.
Toutefois, les évaluations d’impact et le suivi physique des projets restent encore très
limités. C’est seulement à l’occasion des EPCV et les enquêtes MICS dont les dernières ont
été effectuées respectivement en 2008 et 2007 qu’une évaluation d’impact est faite à
l’échelle nationale. Au niveau du Budget de l’Etat, et pour la première fois, une loi des
règlements a été adoptée en 2007 pour les années 2003 à 2006 ; elle constitue la
contrepartie du suivi financier des projets mais cette fois au niveau du budget de l’Etat. En
ce qui concerne les projets sur financement extérieur, la Direction du Suivi des Projets et
Programmes (Direction générale des projets et Programmes d’Investissement, MAED),
établit régulièrement des rapports de S&E. Dans son rapport 2011, et sur un échantillon de
13 projets et programmes, cette direction souligne les résultats satisfaisants sur plusieurs
aspects, tels que l’exécution financière, l’évolution croissante des indicateurs et les activités
réalisées en adéquation avec l’exécution financière.
Au niveau du CSLP, qui définit des objectifs globaux pour l'économie dans son ensemble
ainsi que des objectifs par secteur ou domaine, dont l'atteinte contribue à celle des objectifs
globaux, les performances par rapport aux objectifs sectoriels sont mesurées par une
batterie d'indicateurs (74 au total) qui doivent être renseignés à des périodicités bien
déterminées. Les responsables du renseignement de ces indicateurs sont les chargés des
structures de suivi et de coordination dans les différents départements ministériels.
Au plan des intentions déclarées, l’'engagement au niveau politique est donc réel et est
confirmé par la promulgation et l'application :
 d'une loi d'orientation sur la formulation du CSLP ;
 du décret 2007/103 portant organisation du dispositif institutionnel de formulation,
de mise en œuvre et de suivi et évaluation du CSLP.
 du décret n°82-2012 organisant le MAED dont l’article 3 porte création d’une
Direction du Suivi Evaluation, chargée d’une mission de suivi et de consolidation des
activités ayant trait au CSLP. Cette mission lui est attribuée en vertu de l’article 33 du
décret N° 082-2012 organisant le MAED.
Il y’a lieu de noter qu’il existe des capacités en SE dans des ministères clé comme le
Ministère de l’Education (qui a largement bénéficié de l’appui du Projet Education), le
Ministère de la Santé (pendant longtemps appuyé par les PTFs), le Ministère du
15
Développement rural, le Ministère des Pêches (appui de la GIZ) et le Ministère des
Transports et de façon subsidiaire dans les secteurs du pétrole et de l’environnement.
A signaler qu’il y’ a eu dans le passé (en 2007) des tentatives visant à mettre en place un
système de SE centralisé sans succès. Cependant, au niveau des départements ministériels,
certains succès ont été enregistrés dans le cadre du S&E. C’est notamment le cas au niveau
des ministères de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration publique
(Mise en place d’un système informatisé de suivi des plans d’action ministériels), de
l’Education Nationale (Programme nationale de Développement du Système Educatif), de la
Santé avec le Système national d’Information Sanitaire (SNIS) ainsi qu’au niveau des
Ministères du Développement rural (Rapport d’Evaluation des campagnes agricoles), des
Transports (Suivi physique des projets d’infrastructures) et des Pêches (Suivi des captures de
la pêche avec l’appui de la GIZ).
L’instabilité institutionnelle qui a caractérisé la Mauritanie pendant la dernière décennie n’a
cependant pas favorisé la poursuite de ces expériences ni leur renforcement.
En dehors du secteur public, certaines associations comptent parmi leurs membres des
évaluateurs qualifiés. Il s’agit notamment de l’Association mauritanienne de suivi évaluation
(AMSE) et de Mauritanie Perspectives.
Ainsi donc, le seul système de SE qui existe à l’échelle nationale actuellement est celui du
CSLP qui utilise un ensemble d’outils à cet effet :
• Les tableaux de suivi des ressources : trois tableaux de suivi à périodicités mensuelle,
trimestrielle et annuelle, sont gérés au niveau de la Direction Générale du Budget
mais leur préparation fait l’objet d’une mise en cohérence des informations
exploitées à différents niveaux internes au Ministère des Finances et parfois en
externe ;
• Le tableau de bord trimestriel sectoriel de suivi des AP: contient un nombre réduit
d’indicateurs, des commentaires très synthétiques sur l’exécution des dépenses et
l’avancement des programmes prioritaires, ainsi que des recommandations pour des
prises de décision à très court terme
• La note de synthèse trimestrielle est établie au terme du 1er et du 3ème trimestre,
à partir de la consolidation des informations sur les dépenses et sur l’état
d’avancement des programmes sectoriels. Elle se concentre sur les points critiques
susceptibles de faire l’objet de décisions immédiates
• Le Rapport annuel de mise en œuvre du CSLP ;
• La fiche signalétique: qui comprend les informations suivantes : (i) renseignement de
base (nom, objectifs recherchés…) ; (ii) méthode d’élaboration et qualité de
l’indicateur (mode de collecte, méthode de calcul, fréquences, niveau de
désagrégation…) ; (iii) organismes responsables ; (iv) modalités d’interprétation ; (v)
séries statistiques éventuellement disponibles ; et (vi) commentaires et informations
diverses
Ces différents outils doivent permettre de renseigner quelque 74 indicateurs dans le
CSLP 3 (contre 140 dans le CSLP 2 et 242 dans le CSLP 3) ainsi définis :
• Indicateurs d’impact (30) dont :
• 19 au titre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) ;
• 6 au titre du suivi du profil de pauvreté ;
• 5 dans le cadre du suivi du cadre macroéconomique ;
• Indicateurs de résultats (28) pour appréhender les évolutions majeures au niveau des
stratégies sectorielles ;
• Indicateurs de réalisations (13) pour mesurer l’état d’avancement physique de grands
projets d’infrastructures dans les domaines de la santé, de l’urbanisme, des routes,
de l’éducation et de l’énergie ;
• Indicateurs de ressources (3) pour apprécier les efforts réalisés par le Gouvernement
dans les secteurs clés tels que la santé et l’éducation.
L’objectif est de « disposer d’une matrice qui répondra aux besoins du suivi et de
l’évaluation du CSLP, sans courir le risque d’avoir des indicateurs non renseignables ».
L’outil le plus important reste le rapport de mise en œuvre du CSLP qui détermine les
résultats du CSLP précédent et élaborer celui à venir. Son processus d’élaboration passe par
plusieurs étapes :
Etape 1 Production des rapports des CTS
Etape 2 Consolidation des rapports CTS et production des rapports GTT.
Etape 3 Consolidation des rapports GTT et production du premier draft du CSLP III.
Etape 4 Soumission du premier draft du CSLP III à l’appréciation du CTLCP
Etape 5 Soumission du deuxième draft à l’appréciation du CIP
Etape 6 Intégration des commentaires du CILP et soumission du document aux autres
cadres de concertation
Etape 7 Organisation, à Nouakchott, des assises nationales de validation du CSLP III
L’Office National de la Statistiques à travers notamment les enquêtes périodiques telles que
l’Enquête Permanente sur les conditions de vie des Ménages fournit des informations qui
alimentent également l’évaluation d’impact et l’élaboration du CSLP. Le dernier en date
remonte à 2008. Là aussi, il convient de noter la faiblesse des capacités de cet organisme
avec des moyens humains limités (beaucoup de cadres de cette institution ont migré vers
d’autres départements) et des moyens financiers sans commune mesure avec la mission qui
lui est impartie (Budget de fonctionnement : 216 millions UM, Budget d’Investissement : 160
millions UM). Les enquêtes MICS (enquête par grappes à indicateurs multiples), dont a
17
dernière en date remonte à 2007, fournit également des informations qui alimentent le SE
du CSLP.
Pour la collecte des Informations, le MAED s’appuie sur un ensemble de comités et groupes
de travail (les comités techniques sectoriels, chaque secteur représentant un ministère, et
des Groups techniques thématiques) qui comprennent des représentants des différents
secteurs (public, privé, société civile). Les Directions et cellules chargées du SE au niveau des
ministères disponibilisent les données nécessaires.
Le MAED, à travers la Direction du SE du CSLP assure également le suivi des OMD. IL
bénéficie à cet effet de l’appui technique et financier du PNUD. Des rapports périodiques sur
les OMD sont élaborés avec l’appui du PNUD. A noter que la connexion entre les objectifs du
CSLP et ceux des OMD semble pour la plupart des personnes rencontrées encore assez
faible.
Un système central de suivi évaluation à l’état de projet, avec l’appui de la Banque
Mondiale, est en cours de mise en place et devrait être disponible vers la fin 2012.
Au bout du compte, il n’existe pas de système national de suivi évaluation en Mauritanie,
sinon une unité centrale logée au MAED et dans des secteurs spécifiques dont l’éducation et
la santé principalement qui bénéficient de l’appui de nos partenaires techniques et
financiers et auprès de deux associations de la société civile, l’AMSE et Mauritanie
Perspectives tel qu’il apparait dans le tableau 3
Tableau n°3 tat actuel du S&E en Mauritanie
Composante S & E Elaboration de la capacité en S & E
 Système national de S & E N’existe pas pour l’instant. Un projet est en cours d’élaboration
au MAED avec l’appui de la Banque Mondiale devrait être
disponible vers la fin de l’année 2012
 Unité centrale de S&E Elle est logée au MAED qui dispose d’une Direction de Suivi
Evaluation. Elle est rattachée à la Direction générale des
politiques économiques et des Stratégies de développement.
C’est une nouvelle création.
 S & E dans des secteurs
spécifiques (préciser)
Education, Santé, principalement.
 S & E par un ministère Education (financé par la Banque Mondiale à travers le PNDSE
depuis l’an 2000 soit plus de 10 ans)
Santé à travers le Système National d’information sanitaire
(pendant longtemps appuyé par les PTFs et principalement
l’UNICEF)
Développement rural, pour l’évaluation de la campagne agricole
Pêches pour le suivi des captures(appuyé par GIZ)
Transports : le suivi physique est une composante obligatoire de
tous les projets d’infrastructures routières
 S&E dirigé par des donateurs Les principaux donateurs sont : la Banque Mondiale, L’UNICEF,
le PNUD et la GIZ
La plupart des projets sur financement extérieur sont dotés de
structures de S&E
 Rapports sur les progrès dans le
DSRP
Le MAED dirige les activités de S & E, la qualité perçue de
l'information de S & E.
 Rapports sur les progrès dans les
OMD
Le MAED suit les progrès dans les OMD. La qualité de
l’information est diversement appréciée.
 Rapport de performance au vue
des plans/objectifs nationaux de
développement
Le MAED assure l’élaboration des rapports de performance. Les
informations sont fournies par les départements sectoriels et les
structures du dispositif de pilotage du CSLP ( CTS, GTT, CTLCP,
CSD).
 Autres capacités en S & E (à
préciser)
L’Association mauritanienne de suivi évaluation (AMSE)
L’Association Mauritanie Perspectives.
.
19
4. Forces et faiblesses du Suivi et Evaluation
Mis à part les projets sur financement extérieurs qui comportent pour la plupart un volet
S&E, qui constitue souvent une conditionnalité pour le déblocage des différentes tranches
de financement, les utilisations du S&E en Mauritanie restent encore limitées et servent
principalement à alimenter les rapports périodiques comme la déclaration de politique
générale du Gouvernement ou à l’occasion des revues périodiques du CSLP ou parfois des
revues sectorielles comme la revue annuelle de l’agriculture.
Dès lors, il importe de dégager les principales forces et les faiblesses du S&E pour évaluer
l’état de la demande avant de proposer des recommandations qui nous semblent être
pertinentes. Ces forces et faiblesses peuvent être synthétisées dans le tableau suivant :
Pour Contre
Une volonté politique manifeste… … qui n’est pas déclinée au plan
opérationnel
Un environnement institutionnel
relativement favorable…
… à côté de moyens humains et financiers
limités
Des initiatives au niveau sectoriel… … qui ne sont pas capitalisées à cause de la
faiblesse de la coordination et de la
centralisation
Des documents de planification
stratégiques bien conçus au niveau SE…
… qui ne constituent pas la base de
l’allocation des ressources
Des projets et programmes dotés d’une
bonne capacité en SE…
… une capacité limitée et dispersée au
niveau de l’Administration
Une volonté de moraliser la vie publique… … des organes de contrôle plus orientés vers
un contrôle de légalité plutôt que de la
performance
Une société civile qui s’active dans le SE … un secteur privé encore peu impliqué
Un déficit criant en matière de capacité de
SE
… une absence d’offre de formation
Dans la suite, nous essayons d’analyser ce tableau à travers la grille suivante :Faits – Cause –
Conséquences afin de pouvoir dégager plus clairement les recommandations.
Principales forces et faiblesses du SE
Une volonté politique manifeste … qui n’est pas déclinée au plan opérationnel
 Faits :
La Mauritanie a mené une série de réformes visant à mettre le résultat des politiques au
centre des préoccupations. Les plus hautes autorités du pays ont fait de la lutte contre la
gabegie et la mauvaise gestion un crédo. Le Premier Ministre est tenu de présenter chaque
année devant le parlement le bilan de l’action du Gouvernement. Les ministres des Affaires
économiques et du Développement, ainsi que celui des Finances, doivent présenter
ensemble l’état d’exécution du BCI et produire un rapport sur l’état d’exécution des
programmes et projets de développement pour le MAED et un rapport sur l’exécution du
budget pour le Ministre des Finances. Les rapports annuels du CSLP constituent également
un rendez-vous important en termes de S&E.
A côté de cette volonté politique, il y’a cependant une faiblesse opérationnelle qui rend
difficile l’élaboration et la production d’informations sur le suivi-évaluation.
 Causes
La faiblesse des capacités des structures chargées du S&E au niveau des différentes
structures à la fois en terme de ressources humaines, en nombre et en compétence
insuffisant, et en terme de ressources financières (budget très insuffisant)
 Conséquences
Les informations pour alimenter les rapports sont produites sous pression et dans la
précipitation. Leur consolidation devient dans ces conditions difficile et risque de générer
des erreurs. On en arrive finalement à ne présenter que les informations que l’on a pu
collecter.
Un environnement institutionnel relativement favorable … mais des moyens humains et
financiers limités
 Faits :
La volonté des pouvoirs mauritaniens s’est matérialisée par l’existence d’un environnement
institutionnel à même de favoriser un S&E efficace. La mise en place au niveau de la plupart
des départements ministériels de structures avec une mission de suivi - évaluation est
caractéristique de cette volonté.
Toutefois, au niveau de la plupart de ces structures, le constat est frappant : les moyens
financiers sont très limités (Le budget des différentes structures pur l’année 2012 est de 602
millions d’UM, Annexe 1). Les moyens humains sont également réduits et le peu de
compétences qui a été formé a préféré des situations plus confortables dans d’autres
21
départements ou au sein des projets. A titre d’illustration, le personnel de la Direction du
Suivi Evaluation du CSLP est encore jeune et ne comporte que 7 cadres (socio-économistes
et 4 économistes). A l’Office National de la Statistique, beaucoup de cadres ont été détachés
dans d’autres structures privant cette institution de ses meilleurs éléments et rendant sa
mission difficile.
 Causes
Le manque de sensibilisation des pouvoirs publics sur les moyens nécessaires à dégager pour
un S&E efficace et l’instabilité institutionnelle qu’a connue le pays ont certainement été à
l’origine de cette situation. L’inexistence d’un corps de spécialistes du S&E fait que tout le
monde peut se prévaloir de l’étiquette de spécialiste du S&E. Les formations se font la
plupart du temps à l’extérieur, ce qui est couteux surtout avec les contraintes budgétaires
des structures concernées.
 Conséquences
Un déficit de spécialistes nationaux en S&E et un manque de continuité dans l’action du S&E
qui rend les actions de S&E plus coûteuses, et donnent l’impression que l’on repart de zéro à
chaque fois.
Des initiatives au niveau sectoriel… qui ne sont pas capitalisées à cause de la faiblesse de
la coordination et de la centralisation
 Faits :
Il y’a des départements qui ont développé une compétence certaine en S&E. C’est le cas
notamment des ministères de l’éducation, de la Santé, du Développement rural. Mais il n’y a
pas une structure au niveau centrale pour consolider les données et les centraliser. Cette
consolidation ne se fait qu’à l’occasion de la production de rapports périodiques que le
Gouvernement est appelé à établir.
 Causes
L’absence d’une structure nationale de coordination du S&E, mission dévolue au MAED et
que la Direction du SE du CSLP est appelée à jouer à l’avenir est à l’origine de cette situation.
Par ailleurs, le S&E est peu informatisé et il n’y a pas non plus un système d’information au
niveau central, malgré des tentatives infructueuses par le passé.
 Conséquences
o Une faible intégration des systèmes d’information sectoriels ;
o Une insuffisance dans la consolidation des données issues des systèmes de
S&E ;
o Des coûts supplémentaires de collecte de données et de consolidation
(consultants, campagne de collecte, etc.)
Des documents stratégiques bien conçus… qui ne servent pas de base à l’allocation des
ressources budgétaires
 Faits :
La Mauritanie a élaboré un ensemble de documents stratégiques, souvent bien conçus, et
qui mettent en exergue les actions à engager et les moyens financiers que cela nécessite.
C’est notamment le cas du CSLP, et des autres programmes annexes (stratégie nationale de
lutte contre la corruption, schéma directeur des finances publiques, etc.). Les moyens
financiers nécessaires à la mise en œuvre du CSLP doivent être planifiés dans le cadre des
CDMT (Cadre de Dépenses à moyen Terme) qui, eux-mêmes, se déclinent en Loi de finances
pour chaque année.
Le constat est cependant clair : l’allocation budgétaire ne se fait pas sur la base des CDMT
mais plutôt à l’occasion d’arbitrages que se fondent sur les priorités du moment. Les
contraintes budgétaires obligent des arbitrages qui n’ont parfois pas de lien clair avec les
actions initialement programmées.
 Causes
Même si la fragilité de l’économie mauritanienne et son étroite dépendance aux chocs
exogènes (prix du baril du pétrole, pluviométrie) rendent difficile le respect des prévisions
budgétaires, il est important que le Gouvernement passe d’une logique de budget de
moyens à un budget de résultats. Ainsi pourrait être établie une véritable chaîne de
résultats : CSLPCDMTBUDGET, renforçant le lien entre planification, exécution, résultat
donnant ainsi un tout son sens au S&E.
 Conséquences
Quel intérêt d’élaborer des plans d’actions et de justifier les résultats atteints si cela ne sert
pas de base à l’allocation budgétaire ? Le S&E ne peut véritablement servir que s’il sert. La
performance n’étant pas un critère de choix, les structures auront tendance à surévaluer
leurs besoins, sachant que de toute façon, cela passera par la « moulinette » du Ministère
des Finances. Les structures de suivi-évaluation ne seront pas considérées et leurs rôle
minimisé.
Des projets et programmes dotés d’une bonne capacité en SE…face à une capacité limitée
et dispersée au sein de l’administration
 Faits :
23
Les projets sur financements extérieurs disposent pour la majeure partie d’entre eux d’une
cellule de S&E et leur performance sur divers aspects des projets et programmes, en
particulier le niveau d’exécution physique et financière, l’évolution des indicateurs de suivi
et de résultat des projets et programmes, et l’exploitation des outils et des mécanismes
d’aide à la performance sont satisfaisantes. Au niveau de l’administration, les performances
ne sont pas évaluées et les structures ne sont pas dotées de moyens humains et matériels
leur permettant de mener leur mission dans les meilleures conditions.
 Causes
L’existence de S&E au niveau des projets est une exigence des bailleurs. Les revues annuelles
des projets constituent d’ailleurs un bon moyen de valoriser leur travail. Au niveau de
l’Administration, les cellules de S&E le sont bien moins et leur travail n’est exploité que de
façon périodique, ce qui justifie le manque d’intérêt dont elles sont parfois l’objet.
 Conséquences
La faible valorisation des compétences en S&E et du travail des cellules au niveau de
l’Administration a tendance à décourager les meilleurs et à démotiver le personnel qui y
travaille. C’est pourquoi, il y’a une forte mobilité des compétences en S&E qui quittent
parfois l’administration pour les projets où ils sont mieux payés et leur travail davantage
valorisé ou pour d’autres postes au sein de l’Administration.
Une volonté de moralisation de la vie publique… et des organes de contrôle plus orientés
vers un contrôle de légalité plutôt que de la performance
 Faits :
La lutte contre la corruption, la transparence de la vie publique, la réforme des marchés
publics sont autant d’initiatives qui concourent vers la moralisation de la vie publique. Cela
est caractéristique du regain d’intérêt qu’ont aujourd’hui les organes de contrôle comme la
Cour des Comptes ou l’Inspection générale de l’Etat. Ces organes font un contrôle de
conformité avec les textes législatifs et réglementaire au détriment d’un contrôle de
performance.
 Causes
Le contrôle de la légalité s’appuie plus sur une logique de moyens et de respect des
dispositifs législatifs et réglementaires en vigueur que sur une logique de résultat. La
réforme des organes de contrôle est timide, notamment pour accompagner une mutation
vers une logique des résultats où le S&E trouvera toute sa place.
 Conséquences
La mission des organes de contrôle est encore trop souvent mal perçue, mal acceptée et
reste méconnue par les ordonnateurs. A la limite, si un ordonnateur n’engage pas son
budget, est-il pour autant un bon gestionnaire, même s’il n’a réalisé aucune activité ? Même
s’il y’a une réflexion en cours à la Cour des Comptes et à l’IGE pour faire du contrôle orienté
vers la performance, il reste que c’est un élément déterminant vers la gestion axée sur les
résultats et le développement du S&E.
Une société civile active… mais un secteur privé encore peu impliqué
 Faits :
L’Association Mauritanienne de Suivi Evaluation s’active depuis sa création de promouvoir la
culture du Suivi-Evaluation. Ces dernières années ont vu l’apparition d’autres associations
qui visent en partie les mêmes objectifs et incitent l’administration à rendre compte. Le
secteur privé, tout comme la société civile, est impliqué dans le processus d’élaboration et
de mise en œuvre du CSLP (CTS, GTT, Comité de Concertation Etat-Secteur privé) mais
exerce une pression moins importante. Mais les résultats de ces participations ne sont pas
encore satisfaisants.
 Causes
L’absence d’un cadre réglementaire et la profusion des ONGs rend moins efficace leur action
de contrôle citoyen. Le secteur privé n’avait manifesté un intérêt particulier par rapport à
son implication dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques même si on note un
changement dans son attitude.
 Conséquences
Le manque de professionnalisation de la société civile (une ONG peut embrasser plusieurs
domaines) et le faible intérêt du secteur privé rendent la pression sur le Gouvernement
moins importante. Le choix des ONGs impliquées dans le CSLP n’est d’ailleurs pas fait de
manière transparente et leur rôle est ainsi moins efficace en termes d’exigence de
performance, de transparence et de reddition de comptes.
Un déficit important en termes de capacités… face à une offre de formation très limitée
 Faits :
L’insuffisance des ressources humaines et le manque de compétence est assez marquée en
Mauritanie. Les rares profils qui existent ont pour beaucoup choisi des situations plus
valorisantes (projets, poste de responsabilité dans d’autres domaines). Très peu de gens ont
été formés au S&E pour les remplacer. Il y’a eu beaucoup de formations par le passé, sur
25
financement extérieur le plus souvent, qui n’ont bénéficié qu’à des privilégiés. On constate,
au plan sémantique, une confusion dans la manipulation des concepts, qui n’ont pas la
même sens pour tout le monde (résultat, impact, activités, ressources, etc.)
 Causes
La mobilité du personnel et l’instabilité institutionnelle de ces dernières années n’ont pas
aidé à rentabiliser les investissements en formation. Les départs n’ont pas été remplacés
par du personnel de qualité, en l’absence d’une offre de formation locale. Aucun institut de
formation ne dispose de modules spécifiques au S&E malgré des tentatives au niveau du
Centre de Formation et d’Enseignement à Distance.
 Conséquences
o Un personnel moins formé ;
o Une demande en formation non satisfaite.
5. Etat de la demande en Suivi et évaluation
Les différentes personnes interrogées reconnaissent l’importance du S&E et le rôle qu’il est
appelé à jouer dans la mise en œuvre des politiques publiques. Elles ont insisté sur la
nécessité de mettre en place un véritable système de suivi – évaluation, en vue d’une
responsabilisation axée sur les résultats. L’utilisation d’indicateurs de performances
pratiques, renseignables devrait y aider tout comme la mutation des organes de contrôle qui
devraient à l’avenir autant se soucier d’un contrôle de la légalité que d’un contrôle orienté
vers la performance et les résultats.
Le système de S&E qui devra être mis en place est national et doit être capable de
centraliser les informations qui émanent des différents secteurs, ainsi que des projets et
programmes. Pour le cas spécifique du CSLP, c’est naturellement le MAED qui est le mieux
placé pour la gestion et le suivi de ce système. L’une de ses fonctionnalités doit donner la
possibilité d’un accès sous forme de tableau de bord que les décideurs et hauts
fonctionnaires (Conseillers à la Présidence et au Premier Ministère, Cour des Comptes, IGE,
etc.) pourront consulter.
La disponibilité d’informations de qualité qui peuvent alimenter les indicateurs sont
également un enjeu de taille, tout comme le renforcement des moyens humains et matériels
de l’ONS, ainsi que ceux des structures au niveau des secteurs. Le développement et la mise
en place d’un système d’information central avec des démembrements au niveau sectoriel
devrait pouvoir y aider. L’adhésion des différentes parties prenantes (Gouvernement,
partenaires au développement, société civile, secteur privé) et leur implication dans une
action coordonnée est un élément qui est souvent revenu.
Les données recueillies soulignent l’importance d’une application pratique, du partage
d’expériences et l’apprentissage à travers des méthodes participatives, ainsi que le travail en
réseau, de même que l’existence de formations adaptées aux réalités du pays.
Le recueil, l’exploitation et l’analyse des données suppose l’existence de ressources
humaines qualifiées. Or, il est clair qu’un déficit aussi bien qualitatif que quantitatif existe
aujourd’hui davantage qu’il ne l’était par le passé : une bonne partie des compétences a
quitté l’administration ou a été investie d’autres missions. Le personnel actuel doit être
renforcé en nombre, ses missions valorisées et ses compétences renforcées par des
séminaires de formation.
Par ailleurs, il y’a un manque de moyens évident : les budgets ne sont pas suffisants et les
ressources allouées à la formation pas clairement identifiées, ce qui peut justifier leur
utilisation à d’autres fins. La valorisation de la fonction de S&E passe donc également par
27
une augmentation significative des ressources allouées. Les partenaires au développement
militent pour la valorisation de cette fonction mais ils hésitent à financer des actions de
renforcement de capacités à cause du faible impact que cela a eu par le passé.
La mise en place d’une unité centrale dotée d’un système d’information efficace, de moyens
humains et financiers à la mesure des ambitions affichées par le Gouvernement est de
nature à faire revenir les PTFs.
Le rôle de la société civile, y compris celui du Parlement, doit être renforcé et son impact est
encore faible: ses moyens humains et matériels sont limités.
En résumé, l’état de la demande résulte des usages attendus du S&E : rendre compte, en
faire un input pour éclairer les politiques, tout comme le fait de promouvoir un usage
opérationnel du S&E dans le cadre des projets et programmes. Sur ce rapport, il est
souhaitable de renforcer l’appropriation du S&E, à travers :
• Les hauts fonctionnaires (Conseillers à la Présidence, au Premier Ministères et
Conseillers des Ministres), impliqués dans le processus de prise de décision, pour
aider à leur compréhension de l’utilité du S&E ;
• Les fonctionnaires chargé du S&E, en leur donnant les connaissances techniques et
une bonne compréhension de la façon de construire et faire fonctionner un système
de SE ;
• L’élaboration de données de qualité suffisante, permettant de mesurer et suivre la
performance des programmes ;
• Le renforcement des capacités de la société civile et du Parlement;
• La mise en place d’un système de S&E centralisé avec des démembrements au niveau
des ministères, des projets et programmes
• L’émergence d’évaluateurs qualités ;
• La conduite d’évaluations de programmes afin de mieux comprendre leur efficacité
et évaluer leurs impacts.
Au bout du compte, l’étude a permis d’identifier des besoins liés à la sensibilisation des
décideurs à l’utilité de la logique des résultats, à l’accompagnement et à l’appropriation du
système de suivi évaluation, à la maitrise des moyens du S&E (concepts, outils et données de
qualité) et à la pratique de l’évaluation. Le tableau n° précise par Institution, les besoins
identifiés pour les différents acteurs
Tableau n° Besoins en Suivi et Evaluation identifiés
Institution Acteurs Besoins identifiés
Administration Haute Administration Sensibilisation
Appropriation des concepts
Organes de contrôle Sensibilisation à logique des
résultats
Accompagnement
Fonctionnaires chargés du S&E Connaissances techniques du S&E
Construction et fonctionnement du
S&E
CMAP, ANESP, Direction du S&E Conduites d’évaluation
ONS Qualité des données
Emergence d’évaluateurs qualifiés
Conduites d’évaluation
Projets et programmes Conduites d’évaluations
Qualité des données
Parlement Sensibilisation
Conduites d’évaluation
Secteur privé Sensibilisation
Appropriation des concepts
Société civile Sensibilisation et Appropriation
Conduites d’évaluation
L’expression des besoins suit le schéma organisationnel de l’Etat :
A un premier niveau stratégique, il s’agit de la sensibilisation des principaux acteurs
(Exécutif, Parlement, Société civile, Société privé) et principalement , les décideurs et des
organes supérieurs de contrôle à l’utilité d’une gestion par les résultats qui renseigne sur
l’impact des politiques publiques.
A un second niveau opérationnel, il s’agit de la capacité en S&E par la maitrise des
concepts, des outils et de la pratique de l’évaluation. Sont concernés les administrations
centrales et les structures rattachées et sous tutelles telles que l’ONS, le CMAP, l’ANESP et
les acteurs de la société civile (AMSE, M. perspectives)
L’identification des besoins ou l’expression de la demande induit des actions à entreprendre
ou offre ciblée pour satisfaire celle-ci. Le tableau n° présente les principales actions qui
pourraient être envisagées dans ce cadre
Tableau n° Actions à entreprendre en matière de S&E
Faiblesse identifiée Recommandation Actions à entreprendre
Faiblesse de la culture de
résultats et de suivi
évaluation
Sensibilisation des décideurs et Hauts
responsables
Organiser des campagnes de sensibilisation
en suivi –évaluation
Sensibiliser les organes de contrôle à la
GAR
Sensibiliser les parlementaires à la GAR
Impliquer fortement la société civile et le
secteur privé
Capacités humaines réduites
en suivi évaluation
Développement de compétences en
S&E
Mise en place de filière « S&E » dans les
cursus de formation initiale
Plan de formation et de renforcement des
capacités du personnel actuel
29
Valorisation de la Fonction S&E (Statut
particulier dans la Fonction publique)
Motivation des agents chargés du S&E
Faiblesse des données Encourager la production de données de
qualité
Appui à l’ONS et des Structures chargées du
S&E des ministères
Renforcer la coordination entre l’ONS et les
structures chargées du S&E
Faiblesses des moyens
financiers
Renforcer les moyens alloués au S&E Renforcer les budgets
Allouer les budgets en fonction des résultats
Mutualiser les ressources (Structure
centrale ?)
Faiblesse du système de S&E Mettre en place un S&E informatisé Mettre en place une base de données
centrale avec des accès au niveau des
départements ministériels et des hauts
responsable : cahier des charges,
conception, développement, formation,
déploiement
Faiblesse de la pratique
évaluative
Multiplier les évaluations d’impact Conduire des évaluations d’impact de
certains programmes et projets d’intérêt
national
Imposer des allocations budgétaires en
fonction des résultats
Certaines institutions ont eu à formuler des demandes plus précises. C’est notamment :
Le MAED
 La maitrise des données et plus précisément les valeurs de référence pour la
détermination des valeurs cibles
 Le renforcement des capacités en S&E des acteurs clés du dispositif de pilotage et
de suivi de la mise en œuvre du CSLP (Groupe de travail technique, Comité sectoriel)
Le CMAP
 La formation en GAR
 L’assistance technique pour mieux asseoir les outils du S&E
 Des enquêtes auprès de leurs partenaires, pour mieux renseigner les indicateurs,
leur assurer des formations en S&E et une assistance technique pour rendre les
outils S&E opérationnels dans leurs structures
Ministère des Finances
L’assistance technique à la compréhension des outils de S&E avec les mesures
organisationnelles et institutionnelles nécessaires pour le département
S’agissant des partenaires du Département, la demande est l’harmonisation des outils de
conception des politiques publiques, l’internalisation du S&E, le développement de
l’informatisation des systèmes d’information, le suivi de l’administration et des sociétés
d’Etat, la révision des indicateurs au niveau macro et la standardisation de ces indicateurs au
niveau des activités et au plan de la mise en œuvre
Société civile
AMSE
 Le renforcement des capacités de l’AMSE en matière de lobbying, de sensibilisation
et de formation
 Le renforcement des capacités de capitalisation et de restitution des expériences
existantes
 Le renforcement des associations francophones en S&E pour conforter leur
positionnement au sein de l’AFREA et leur permettre d’accéder aux ressources
théoriques et pratiques du S&E et de participer pleinement aux échanges
Mauritanie perspectives
 La vulgarisation et la publication des études en S&E pour les rendre accessibles à la
Société civile
 Le renforcement des capacités des ONG les plus actives en S&E
 Une plus forte implication de la société civile en S&E
 Un suivi de l’application des recommandations des études en S&E
Départements prioritaires du CSLP III
L’étude propose par ailleurs de focaliser les efforts sur un petit nombre de ministères dans
un premier temps. Elle s’appuie pour ce faire sur la dernière note de synthèse de suivi et
évaluation élaborée par la Direction du S&E du CSLP pour les trois premiers trimestres de
l’’année 2011 et qui concerne les ministères dits « dépensiers ». Il s’agit :
- des secteurs de l’éducation, la santé, le développement rural, l’hydraulique et
assainissement, les infrastructures (ces 5 ministères font partie des domaines
prioritaires du troisième plan d’actions du CSLP 2011-2015 et contribuent de manière
plus marquée à l’atteinte des OMD), ·
- l’Habitat, de l’Urbanisme et l’Aménagement du Territoire ainsi que le développement
rural touchent le milieu rural et les quartiers précaires, en milieu urbain, et
constituent les deux zones prioritaires retenues par le CSLP III ;
- Le secteur des mines, de l’énergie et du pétrole connaît actuellement une évolution
majeure caractérisée par d’importants projets d’investissement dans un
environnement international favorable marqué par une augmentation significative
des prix des métaux.
Ces différents secteurs contribuent pour plus de 84% du budget du plan d’action du CSLP 1).
C’est dire qu’une action limitée dans un premier temps à ces 7 secteurs peut avoir un impact
significatif sur l’ensemble de l’économie.
31
Des formations ciblées au profit d’une part, du Secrétariat du CSLP et, d’autre part des
structures des départements ministériels chargés du S&E, et qui constituent les points
focaux du CSLP peuvent être envisagées :
 Principes de la gestion axée sur les résultats et de la gestion de performance
 Concepts, Principes et enjeux du S&E
 Approches, Méthodes et questions d’évaluation
 Etapes et Composantes d’un système de Suivi
 Méthodes qualitatives et Quantitatives en évaluations
 La conception d’indicateurs pertinents (Valeurs de références, valeurs cibles) ;
 Méthodes pour renseigner les indicateurs ;
 Rédaction de termes de références d’une évaluation ;
 Analyse et évaluation d’offres techniques et financières en matière de S&E ;
 Rédaction de rapports de suivi ;
 Rédaction de rapport d’évaluations ;
 Formulation de recommandation pertinente ;
 Formation en bureautique
6 Demande potentielle des services de Clear
De ce qui précède, il apparait que la demande potentielle des services du
CLEAR porte sur les deux volets du S&E:
 La sensibilisation à une culture de performance et de résultats par une
appropriation des différents usages du SE, pour rendre compte,
éclairer les politiques publiques et améliorer la gestion des
programmes et des projets
 L’accompagnement à l’appropriation du système de suivi évaluation
qui sera mis prochainement en place par la Banque Mondiale
 La formation des cadres pour la maitrise des concepts et outils du SE
 La maitrise des données et leur qualité
 La pratique de l’évaluation
Conclusion
La demande en suivi évaluation est assez élevée en Mauritanie et demeure confrontée à
un déficit de capacités y relatives
L’appropriation du S&E est d’un intérêt stratégique en tant qu’instrument de formulation
et de mise en œuvre des politiques publiques
• Cette appropriation passe par:
– L’instauration d’une culture de résultats;
– La maitrise des concepts et outils de S&E ;
– La maitrise des données statistiques;
– L’application effective des résultats du S&E pour rendre compte, en faire
un usage opérationnel dans le cadre des programmes et projets et un usage
stratégique dans la formulation des politiques publiques.
33
Annexe1
Budget alloué aux structures de S&E au niveau des départements (Loi de finances Initiale
2012)
Libellé chapitre
LFI2012
%
En millier UM
DIRECTION DE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE 2 000 0.3%
DIRECTION DES ETUDES, DE LA PROGRAMMATION ET DE LA PLANIFICATION 2 200 0.4%
DIRECTION DES ETUDES, DE LA LEGISLATION ET DE LA COOPERATION 4 000 0.7%
DIRECTION ETUDES ET COOPERATION 3 598 0.6%
DPC - DIRECTION DE LA PROGRAMMATION ET DE LA COOPÉRATION 1 946 0.3%
DIRECTION DES ETUDES, DE LA PROGRAMMATION ET DE LA COOPÉRATION 1 500 0.2%
DIRECTION DES POLITIQUES, COOPERATION ET SUIVI EVALUATION 26 956 4.5%
DIRECTION DES STRATEGIES, DE LA PROGRAMMATION ET DE LA COOPERATION 12 607 2.1%
DIRECTION DES STRATEGIES, DE LA PROGRAMMATION ET DE LA COOPERATION 9 666 1.6%
DSPC\EF 3 532 0.6%
DSPC\EFPNT 3 532 0.6%
DSPC\ES 3 718 0.6%
DIRECTION DES ETUDES DE LA PROGRAMMATION ET DE LA COOPERATION 1 559 0.3%
DIRECTION DE LA PROGRAMMATION DES STATISTIQUES ET DE LA COOPERATION 13 199 2.2%
DPCIS - DIRECTION DE LA PROGRAMMATION, DE LA COOPERATION 24 256 4.0%
DEPC - DIRECTION DES ETUDES, DE LA PROGRAMMATION DE LA COOPERATION ET DES
STATISTIQUES
4 000 0.7%
DIRECTION DE LA COOPERATION, DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION 1 977 0.3%
DIRECTION DES ETUDES, DE LA PROGRAMMATION ET DE LA COOPÉRATION 2 459 0.4%
DIRECTION DE LA PLANIFICATION, DU SUIVI ET DE LA COOPÉRATION (DPSC) 1 349 0.2%
DIRECTION DE LA PLANIFICATION ET DE LA COOPÉRATION 4 000 0.7%
DIRECTION DE LA COORDINATION INTERSECTORIELLE ET DE LA COOPÉRATION (DPCIC) 2 433 0.4%
DIRECTION DES ETUDES ET DU DEVELOPPEMENT 5 915 1.0%
DIRECTION ETUDES ET COOPERATION 20 000 3.3%
DIRECTION DES ETUDES, DE LA PROGRAMMATION ET DE LA COOPÉRATION 50 000 8.3%
DIRECTION DES POLITIQUES, COOPERATION ET SUIVI EVALUATION 24 000 4.0%
DIRECTION DES STRATEGIES, DE LA PROGRAMMATION ET DE LA COOPERATION 10 000 1.7%
DIRECTION DES ETUDES DE LA PROGRAMMATION ET DE LA COOPERATION 15 000 2.5%
DIRECTION DE LA PROGRAMMATION DES STATISTIQUES ET DE LA COOPERATION 15 000 2.5%
DPCIS - DIRECTION DE LA PROGRAMMATION, DE LA COOPERATION 52 000 8.6%
DIRECTION DES ETUDES, DE LA PROGRAMMATION ET DE LA COOPÉRATION 100 000 16.6%
DIRECTION DE LA PLANIFICATION, DU SUIVI ET DE LA COOPÉRATION (DPSC) 60 000 10.0%
DIRECTION DE LA PLANIFICATION, DU SUIVI ET DE LA COOPÉRATION (DPSC) 100 000 16.6%
DIRECTION DE LA PLANIFICATION ET DE LA COOPÉRATION 5 000 0.8%
DIRECTION DE LA COORDINATION INTERSECTORIELLE ET DE LA COOPÉRATION (DPCIC) 15 000 2.5%
Total 602 402 100.0%
35
Annexe 2 : Liste des personnes interviewées par secteur
Secteur Nom Titre Organisation Date de
l’entretien
MAED Mohamed Lemine O Dhehby Directeur Général Direction générale
des projets et
programmes
d’investissement
17 juin
MAED Sidi Mohamed O Zenvour Directeur Suivi
Evaluation du CLSP
Direction générale
des projets et
programmes
d’investissement
17 juin
MAED Mahfoud O Ahmedou Conseiller du Ministre,
chargé du système
d’information et du
suivi de la performance
Cabinet 17 juin
MAED Ishagh Ould Ahmed Directeur général
Adjoint
Direction générale
de la Planification
MAED SalkaMelainine Robert Directrice du Suivi des
Projets et Programmes
Direction générale
de la Planification
PTFs Dr. Matthias Görgen Conseiller Technique GIZ
PTFs Ahmed Ould Lefghih Responsable
Gouvernance
GIZ
ONS M. Mohamed El Moctar Ould
Ahmed Sidi
Directeur général Office National de
la Statistique
PTFs M. Ahmed
Cherifamahoullah/BM

Chargé du S&E BM
PTFs Mohamed Ould Zeidnae Chargé de programmes UNICEF
MF Fall Khayar Directeur de la
Programmation
Ministère des
Finances
MS Isselmou Ould Mahjoub Directeur de la
Programmation
Ministère de la
Santé
PTFs Hassan O Tegueddi Chargé du Suivi
Evaluation
PNUD 18 juin
MFPMA Limame Mohamed O Ahmed
Limame
Directeur de la
Modernisation de
l’Administration
Minstère de la
Fonction Publique
et de la
Modernisation de
l’Administration
18 juin
CMAP Elimane Kane Expert en
Développement
CMAP 19 juin
Institutionnel
PTFs Ruth JaramilloBlasco Adjointe au
Coordinateur Général
de la Coopération
Espagnole en
Mauritanie
Bureau Technique
de coopération en
Mauritanie
20 juin
Projets Hassan O Abeidou CoordonateurTask
force en suivi
évaluation
Projet
Renforcement des
capacités du
Secteur Public
PRECASP
21 juin
ANESP Moussa O Hmednah Directeur Général Agence Nationale
pour les Etudes et
le suivi des projets
(ANSEP )
21 juin
MEN OumouSelem mint Cheikh Directrice Planification
et Coopération
Ministère chargé de
l’Education
24 juin
MEN DjibiThiam Expert à la Direction
Planification et
Coopération
MEN 24 juin
Société
Civile
Mohameden O Bah Vice Président Mauritanie
Perspectives
24 juin
Société civile Isseulmou O Mohamed Président d’honneur -AMSE 27 juin
Société civile Fadel O Nany Vice Président AMSE 27 juin
MDR Mariem Mint Movid Directrice des
politiques, de la
Coopération, du suivi
et de l’évaluation
Ministère du
Développement
Rural
28 juin
Société civile Ball Mohamed Fadel Coordonateur, Cellule
GRDR, Selibaby et
Responsable du
Programme AIDLCoopération

territoriale
GRDR, ONG
Internationale de
droit français
28 juin
MAED Ahmedou O Ely Conseiller du Ministre
chargé du Suivi
Evaluation
Cabinet 28 juin
Société
Civile
MariemeSall Trésorière AMSE 28 juin
Secteur
Privé
Seyid Ould Abdallahi Secrétaire général Confédération
générale des
Employeurs de
Mauritanie
37
Annexe 3 : Liste des documents examinés
Compte rendu des documents clés recueillis/examinés
Document Source – endroit où
il a été obtenu
Disponible dans le
futur (date)
Indicateurs de capacités en Afrique,
Evaluation des politiques et des
institutions pays (Mauritanie),
ACBF, 2010
CMAP (Centre mauritanien
d’analyse des politiques)
Etude sur les capacités évaluatives
en Mauritanie
PNUD
Rapport Etat Avancement Projets
et Programmes au 31/12/2010
Direction du Suivi des Projets et
Programmes / MAED
Cadre Stratégique de Lutte contre
la Pauvreté, volume 1 Bilan de la
mise en œuvre du CSLP
2006/2010.
Cadre Stratégique de Lutte contre
la Pauvreté, volume 2 Plan
d’Actions 2011/2015.
MAED
MAED
Note de synthèse de suivi et
évaluation du troisième plan
d’actions du CSLP
(2011-2015)
Secteurs : Ministères dépensiers
1er, 2ème et 3ème trimestre 2011
Site du MAED
Enquête MICS ONS
Loi de Finances Initiale 2012 Site duTrésor
Contribution à une mise à jour des
réflexions sur la modernisation de
l’administration publique CMAP (Centre mauritanien
d’analyse des politiques)
Notes de réflexion sur le
renforcement des capacités en suivi
évaluation CMAP(Centre mauritanien
d’analyse des politiques)
Programme national de
développement du système éducatif
(2001- 2010) et II (2011-2020)
Ministère Education nationale
Echos de l’évaluation
Revue semestrielle n°001 du 22
AMSE (Association mauritanienne
de Suivi – Evaluation )
39
Décembre 2011
Etat des lieux et perspectives du
secteur agricole et rural en
Mauritanie (Avril 2007)
MDRE
Stratégie agroalimentaire de la
Mauritanie, 4ème Groupe
Consultatif, MAU 2001
MDRE
Etat des lieux sur les systèmes de
suivi évaluation, les bases de
données et leurs dispositifs déjà
existants dans le secteur de
l’environnement en Mauritanie
(2012)
Ministère Délégué auprès du
PM/GIZ
Annexe 4 : Guide d’entretien
Évaluation de la demande pour le Centre CLEAR CESAG en Afrique francophone
Guide d'entretien
PRÉAMBULE:
Je vous remercie de bien vouloir m’accorder votre temps. Permettez-moi de vous expliquer
un petit peu qui je suis et ce que je voudrais discuter avec vous et pourquoi.
Je suis en train de faire un travail pour le Centre CLEAR en Afrique francophone abrité par le
CESAG(Dakar – Sénégal).
Le CESAG a récemment été choisi par la Banque mondiale pour abriter l'un des cinq centres
régionaux à travers le monde qui ont pour mission d’aider les pays en développement dans
leur région à renforcer leurs capacités en suivi et évaluation (S & E) et en gestion de la
performance. Le but est d'être capable de répondre aux demandes sans cesse croissantes
des gouvernements sur l’utilisation du S & E en lançant des initiatives de renforcement des
capacités qui sont justifiées par le contexte régional. Cela pourrait prendre la forme d'une
formation ou toute autre initiative de développement ou d’appui en S & E. De nombreux pays
sont obligés de se tourner vers l’expertise internationale du fait qu’il n’existe qu’une
disponibilité limitée de formations ou de services d’appui de bonne qualité en S & E fournis
localement. Cette initiative vise à aider les pays à se doter des capacités en S & E en
utilisant un appui et des services centrés sur la région.
Dans ce cadre, le CESAG initie une étude pour analyser la demande en Suivi et évaluation a
lancé des travaux pour évaluer la demande pour des services et gestion de la performance
dans le but de renforcer les capacités des pays africains francophone. Les premiers pays
retenus sont le Sénégal, le Bénin, le Burkina Faso et la Mauritanie. Le but est de veiller à
ce que l’offre de service du Centre CLEAR en Afrique francophone reflète exactement les
besoins régionaux et qu’elle soit axée sur la demande pertinente.
Je voudrais m’entretenir avec vous de l’expérience en suivi et d'évaluation et de gestion de
la performance de (pays), en nous concentrant sur les quatre domaines suivants:
1. L'environnement actuel et le(s) utilisation(s) envisagées d'un système de S&E
2. L’engagement au niveau politique et des organismes publics pour mesurer et faire des
rapports sur les performances
3. La capacité actuelle en S & E, y compris les arrangements institutionnels pour appuyer le
S& E
4. Les attentes pour l'avenir – comment trouver une solution aux déficits en capacité qui
pourraient exister
41
1. L'environnement actuel et le (s) usage (s) envisagé (s) du S & E
1.1 Diriez-vous que le «besoin» en S & E dans (Pays) est encouragé en interne du pays; par
des pressions extérieures (bailleurs de fonds, par exemple), ou, par les deux?
1.2 le S & E pourrait être motivée par des initiatives nationales visant la «bonne
gouvernance». Ya-t-il eu des initiatives de réforme du secteur public au cours des cinq
dernières années qui avaient une dimension «responsabilité» ou «gouvernance» ? Par
exemple, en termes de planification centrale, budgétisation, gestion axée sur les résultats
(GAR)? Si oui, quels ministères ou organismes ont mené ces initiatives?
1.3 Il existe différentes utilisations possibles du S & E, tels que: (i) l'utilisation pour des
besoins de reddition de comptes et de rapports - de faire des rapport sur les performances
de la nation par rapport aux objectifs spécifiques, (ii) un usage stratégique pour le
l’information du S & E ... input pour les politiques ou la planification à moyen terme? Ou, (iii)
une utilisation opérationnelle ... aider à la gestion d’un programme ou des décisions au sujet
du financement d’un programme. Est-ce que un de ces usages s’applique à ce pays?
1.4 Le pays a-t-il sa propre «stratégie nationale» qui guide son développement ? Si oui,
comment est-elle identifiée? Quel est le ministère / agence en assure le leadership?
1.5 S’il existe une stratégie nationale, détermine-t-il des objectifs particuliers? Définissez des
objectifs pour le pays ou des secteurs particuliers? Les «performances» par rapport aux
objectifs de développement particuliers est-elle mesurée? Si oui, qui le fait / en est
responsable?
1.6 Qui est le fer de lance de l’élaboration du rapport d’étape des OMD? Avez-vous une
information sur la qualité de l'information, de l'analyse et du reporting derrière ce rapport?
1.7 Qui assure le suivi de la stratégie de réduction de la pauvreté?
2. Niveau d'engagement des hauts fonctionnaires
2.1 Y a-t-il un engagement au niveau politique et des hauts fonctionnaires pour mesurer,
suivre et faire des rapport sur les performances?
2.2 Le renforcement des capacités en S & E et en gestion de la performance est
généralement un travail à long terme qui nécessite des ressources pour former les
personnes et renforcer les capacités en données. Y a-t-il un engagement à consacrer des
ressources à des activités telles que la formation et le développement de données?
2.3 Y a-t-il actuellement des « défenseur » du S & E dans le pays? (Dans le secteur public?
le secteur privé? La société civile?) (Identifier par organisation et le nom si possible).
3. Capacité actuelle en S & E et GP - Dispositions institutionnelles pour appuyer le
S&E
3.1 Y a-t-il eu des tentatives au cours des 10 dernières années pour construire un système
de S & E dans le pays? (Au niveau national? Niveau sectoriel ? niveau d’un ministère ?) Si
oui, qui était le fer de lance de cette initiative? Quelle est la situation actuelle?
3.2 Existe-t-il actuellement une capacité centrale en S & E? Si oui, où est-elle située? Quel
est le mandat de cette agence en ce qui concerne le S & E? Qu'est-sont les capacités
(personnel de S & E dévoué et formé) dont cet organisme central dispose?
3.3 Pouvez-vous me citer un ministère où il existe actuellement une certaine capacité en S &
E? A-t-il une unité dédiée au S & E ? Ces ministères ne font-ils jamais des évaluations?
Mesurent-ils la performance des projets ou des programmes (c.-à-d., mesurer les produits et
résultats obtenus)?
3.4 Est-ce qu'un Bureau national des statistiques fournit des données utiles et crédibles à
l'appui du S & E? Est-il suffisamment pourvu de personnel? Bien doté des ressources
nécessaires pour mener à bien des enquêtes au niveau national?
3.5 Est-ce que la Cour des Comptes est en mesure de contribuer au développement des
capacités en S & E?
3.6 Est-ce que la société civile ou le secteur privé participe à des initiatives de S & E dans le
pays? Si oui, quelle est la nature de cette participation? Qui parle pour la «société civile»?
Pour le «secteur privé»?
3.7 Le (Pays) fait-il des efforts pour former les gens en S & E? Si oui, comment ..
(I) En utilisant une institution ou de l'expertise dans le pays (à préciser)?
(Ii) En faisant venir formateurs internationaux?
43
(Iii) En envoyant des personnes à l'IPDET? Vers d’autres sites externes (préciser)?
(Iv) En envoyant des personnes à des conférences parrainées par des organisations
internationales (PNUD, par exemple, IDEAS, etc)?
4. Attentes pour l'avenir – combler les déficits de capacité qui peuvent exister
4.1 Pourriez-vous citer les endroits qui suivent comme étant des zones où il existe
actuellement un déficit en capacité de S & E dans le pays:
(I) Trop peu de hauts fonctionnaires qui comprennent la façon dont S & E peut être
utilisé?
(Ii) Trop peu de fonctionnaires avec des connaissances techniques et une bonne
compréhension de la façon de construire et de faire fonctionner un système de S & E?
(Iii) Des données de qualité insuffisante ou mauvaise pour mesurer et suivre la
performance des programmes
(Iv) Trop peu d'évaluations de programmes afin de mieux comprendre leur efficacité et
évaluer leurs impacts?
(V) Une pénurie d'évaluateurs qualifiés dans le pays?
(POUSSEZ pour explorer d’avantage chaque zone identifiée)
4.2 Quelque chose est-il fait pour remédier à ce déficit de capacité?
4.3 Qui sont les principaux responsables et organisations qui prennent en charge ces
efforts?
4.4 Y a-t-il un rôle potentiel pour le CESAG dans le cadre d’un appui à toute ces initiatives de
renforcement des capacités en S & E?
4.5 Qui est ce que le CESAG pourrait considérer comme « partenaires » clés pour la
formation - Université locale? Institut de formation du secteur publique ? Autre?
ENFIN, il se pourrait que vous soyez au courant d’autres sources / contacts - soit les
fonctionnaires que je devrais essayer de rencontrer ou des études qui ont traité du S & E
dans le pays. Je voudrais terminer avec quelques questions sur les autres contacts
éventuels ou les sources d'information.
5. Autres contacts ou sources d'information possibles
5.1 Quels sont les organismes internationaux ou leurs bureaux de pays qui ont un aperçu
des questions autour du S & E dans le pays (Pour chacun, avez-vous les noms et
coordonnées de personnes ressources)?
(i) Banque mondiale
(ii) Banque Africaine de Développement
(iii) PNUD
(iv) UNICEF
(v) Autres organismes des Nations Unies
(vi) Autre (précisez)
5.2 Savez-vous si des donateurs se sont engagés dans des initiative concernant de façon
spécifique le S & E ou la gestion de la performance avec / dans le pays? Comment ont-ils
pris en charge spécifiquement le S & E? Avez-vous des noms de contacts à ce sujet et leurs
coordonnées?
5.3 Existe-il un groupe de coordination des donateurs dans le pays? Si oui, connaissez-vous
le nom du président et ses coordonnées? Dans quelle mesure les efforts en S & E des
bailleurs de fonds sont-ils coordonnés ou harmonisés? Alignés avec les efforts du
gouvernement en S & E ?
5.4 Y a-t-il des ONG, des organismes de recherche ou d'autres organisations internationales
opérant dans le pays que vous croyez qu’il serait utile de consulter dans la mesure où le
renforcement des capacités en S & E est concerné?
5.5 Avez-vous connaissance de toutes les études qui ont porté sur un diagnostic du S & E
dans le pays - par exemple, les capacités actuelles en S & E ? Les déficits de capacité? Les
besoins spécifiques à des secteurs ? Etc.
45
NOTE À L'INTERVIEWEUR:
Assurez-vous que vous avez noté les informations suivantes permettant d’identifier
l'informateur clé interviewé:
• Nom de l'informateur
• Titre
• Organisation
• Date et heure de l'interview
Annexe5 :Extraits de la Constitution de la République Islamique de Mauritanie
….
ART.42 : Le Premier Ministre définit sous l’autorité du Président de la République la
politique du gouvernement. Il repartit les tâches entre les Ministres. Il dirige et coordonne
l’action du gouvernement.
….
ART.68 : Le Parlement vote le projet de loi de finances. Le Parlement est saisi du projet de loi
de finances dès l’ouverture de la session de Novembre.Si l’Assemblée Nationale ne s’est pas
prononcée en première lecture dans le délai de trente (30) jours après le dépôt du projet, le
gouvernement saisit le Sénat qui doit statuer dans un délai de quinze (15) jours. Il est ensuite
procédé dans les conditions prévues à l’article 66 de la présente Constitution. Si le
Parlement n’a pas voté le budget à l’expiration de sa session, ou s’il ne l’a pas voté en
équilibre, le gouvernement renvoie le projet de budget dans les quinze (15) jours à
l’Assemblée Nationale convoquée en session extraordinaire. L’Assemblée Nationale doit
statuer dans les huit (8) jours. Si le budget n’est pas voté à l’expiration de ce délai ,le
Président de la République l’établit d’office par ordonnance sur la base des recettes de
l’année précédente.
Le Parlement contrôle l’exécution du budget de l’Etat et les budgets annexes. Un état des
dépenses sera fourni au Parlement à la fin de chaque semestre pour le semestre précédent.
Les comptes définitifs d’un exercice sont déposés au cours de la session budgétaire de
l’année suivante et approuvés par une loi. Une Cour des Comptes assiste le Parlement et le
gouvernement dans le contrôle de l’exécution des lois de finances.
ART.72 : Le gouvernement est tenu de fournir au Parlement, dans les formes prévues par la
loi, toutes explications qui lui auront été demandées sur sa gestion et sur ses actes.
ART.73 : Le Premier Ministre fait, une fois par an, au cours de la session de novembre, un
rapport àl’Assemblée Nationale sur l’activité du gouvernement pendant l’année écoulée et
expose les lignes générales de son programme pour l’année à venir.
ART.74 : Le Premier Ministre est, solidairement avec les ministres, responsable devant
l’Assemblée Nationale. La mise en jeu de la responsabilité politique résulte de la question de
confiance ou de la motion de censure.
Le Premier Ministre, après délibération du Conseil des Ministres, engage devant l’Assemblée
Nationale la responsabilité du gouvernement sur son programme et éventuellement sur une
déclaration de politique générale. L’Assemblée Nationale met en cause la responsabilité du
gouvernement par le vote d’une motion de censure.
47
Annexe 6 : Extraits du décret N° 082-2012 du 17 Mai 2012 fixant les attributions du
Ministre des Affaires économiques et Du Développement et l’organisation de
l’administration centrale de son Département
Article 2 : Le Ministre des Affaires économiques et du Développement a pour mission
générale de concevoir, coordonner et assurer le suivi de l’exécution de la politique
économique et sociale du Gouvernement.
A cet effet, il prépare avec les institutions concernées les plans pluriannuels de mise en
œuvre du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) et assure la suivi de leur
exécution. Il participe à l’élaboration et à la coordination des stratégies globales et
sectorielles, assure l’élaboration et le suivi des politiques et stratégies régionales, et veille à
leur adéquation avec les orientations du Cadre Stratégiques de Lutte contre la Pauvreté.
Il élabore les programmes pluriannuels d’investissement public (PIP) et le cadre des
dépenses à moyen terme (CDMT). Il participe, en collaboration avec le Ministère chargé des
Finances et les administrations concernés, à l’élaboration et au suivi d e la mise en œuvre de
la politique générale et sectorielle de l’Etat, en matière de réforme et de restructuration du
secteur parapublic et son ouverture au secteur privé.
Il est associé à la préparation du budget général de l’Etat.
….
Il est chargé de promouvoir l’information statistique dans tous les domaines au niveau
régional et national.

Le Ministre des Affaires économiques et du Développement présente au Gouvernement un
rapport sur l’exécution des projets, programmes et plans de développement. Il présente
conjointement avec le Ministre des Finances un rapport sur l’exécution du BCI.
Date
Regional Center Tag
Resource Type Tag
Language Type Tag
Image Thumb
mari